La vie à la DocAdrénaline

Six mois passés aux urgences, six mois qui donnent de plus en plus envie de poursuivre ma formation pour vivre un peu à la DocAdrénaline. Mais qu’est-ce qui nous poussent à vouloir travailler aux urgences, à nous enfermer à la mine, voir tous ces patients impatients qui nous insultent quand le temps devient trop long parce que leur rhume ne passe pas avant un infarctus ?

L’adrénaline ! Voir un patient qui présente une douleur abdominale, un tableau assez frustre qui pourrait être n’importe quoi mais notre intuition et notre expérience qui nous crient que ce patient a un appendicite. Le garder, lui faire des examens qui sont peu contributif initialement. Le garder malgré tout, surveiller son ventre heure par heure, remettre une main sur chaque cadrant à la recherche d’une défense qui se transformerait en contracture. Avoir enfin le scanner et le résultat confirmant notre diagnostic, qui permet d’aller au bloc.

Voir tous ces examens d’imagerie, tous ces diagnostics qui sont rarement vu en ville. Les pathologies les plus sérieuses sont centralisées sur l’hôpital. Et parmi tous les petits bobos, tous les patients qui auraient pu être traité simplement en ville par un médecin généraliste, il y a un diamant. Le diamant de l’urgentiste, celui pour lequel on se lève chaque matin. Bien sur nous traitons toutes les autres « pierres », et avec autant d’attention, mais un diamant, vous imaginez?!

Il y a les journées calmes, et il y a aussi les journées hardcore : quand la cardio est pleine, que tous leurs patients viennent en bas nous faire un coucou. On voit alors des ECG à la pelle et les pathologies qui les accompagnent. Les syndromes coronariens aigus, les péricardites, les Tako-Tsubo, les FA lentes, d’autres bradycardies….ça n’excite probablement plus les cardiologues, mais des urgentistes !!!! Vous ne vous rendez pas compte des rubis et petits diamants potentiels que cela représente.

Toutes ces choses poussent certains internes de médecine générale à devenir urgentiste, poursuivre le travail fait par nos collègues qui n’ont pas d’examens complémentaires sous la main. Notre vie sera celle de DocAdrénaline.

Publicités

3 responses to “La vie à la DocAdrénaline

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s