Grand corps malade

Fernando Botero

Tu es arrivé dans le service en marchant, mais pas sans aide. Avec ton mètre 92 et ta canne fidèle, tu arrives avec ton grand corps malade, en souffrant et en soufflant. Il n’y a que quelques dizaines de mètres à parcourir pour atteindre ta chambre mais c’est un supplice. Tu es dyspnéique, et chaque pas est un supplice.

Tu n’habites pas tout près, mais on t’a envoyé ici pour prendre en charge l’ensemble de tes problèmes. Avant tu étais quelqu’un de plutôt actif et puis tu as changé de boulot et ton poids à changer également mais pas dans le bon sens. Aujourd’hui, tu pèse un peu plus de 190kg, tu es donc dans un état que l’on qualifie médicalement d’obésité morbide avec un IMC à 52kg/m².
Et tout en découle, c’est l’effet bourdon en quelque sorte. Bien sûr tu as du diabète, et il est plutôt bien équilibré. Ton hémoglobine glyquée (HbA1c) est correcte, tu n’as pas de complication associée (neurologique, ophtalmologique, vasculaire…).

Ton vrai problème, c’est ton poids. Ce poids qui te gêne. Tu as une gonarthrose (arthrose aux genoux) bilatérale mais particulièrement gênante à droite. Il te faudrait une prothèse. Initialement tu n’étais pas prêt, donc tu as repoussé l’intervention. Et puis la gêne s’est accumulée et psychologiquement tu t’es dit « ok, ce n’est plus tolérable, allons-y ». Oui mais voilà, tu as pris du poids et le chirurgien ne peut plus t’opérer dans ces conditions, il y a trop de risques…pour toi surtout. Le chirurgien veut bien t’opérer mais à la condition que tu perdes du poids. Nous te donnons des conseils, la diététicienne du service est passée te voir, évaluer tes apports et estimer ce qui serait bon pour toi. Il faudrait reprendre une activité physique, difficile avec ton handicap aux genoux, mais dans la mesure du possible. On t’a pris un rendez-vous avec un spécialiste de l’obésité pour éventuellement discuter d’une chirurgie bariatrique.

Tu as d’autres problèmes : un lymphoedème au membre inférieur, et puis ta vie quotidienne n’est rose tous les jours, la pédicurie est difficile, tu ne peux pas te pencher, le lit de l’hôpital s’ébranle sous ton poids, sans parler du regard des gens. Tu es essoufflé au moindre effort mais tu n’as pas de problème cardiaque ni de syndrome d’apnée du sommeil, c’est déjà ça.

Au final, tu as quitté le service avec un bilan plutôt positif, tu as même perdu 10kg. Le chemin sera long avant de ne plus souffrir. Courage John!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s