ECN M-1

Plus qu’un mois quasi-jour pour jour avant les ECN. Oui mais pour les moldus, c’est quoi les ECN?

Les ECN, ou Epreuves Nationales Classantes, sont l’équivalent de l’ancien concours de l’internat. Une épreuve sympathique sur 2 jours et demi que passent tous les étudiants français en 6ème année de médecine et qui découle sur un classement national. En fonction des résultats dudit concours, les étudiants ont la lourde tache de choisir la spécialité qu’ils exerceront par la suite et la ville où ils passeront leur internat. Les premiers ayant bien évidemment le plus de choix, et les derniers…

9 dossiers cliniques, 1 épreuve de LCA (Lecture Critique d’Article) en 2 jours et demi…enfin quand le CNCI ne fait pas repasser 3 fois une même épreuve comme l’an dernier.

3ans d’externat, 3 années à passer le nez dans les bouquins pour apprendre notre métier de manière théorique, les pathologies les plus courantes et les pathologies les plus graves. Le tout réuni dans 345 items, et comme pour tout concours jugeant l’intelligence de professionnels français, l’évaluation se fait sur….des mots clés. On peut donc être mauvais praticien mais une bête de concours, ou un excellent praticien qui ne réalisera pas son rêve. Tout ça, de toute manière a commencé en première année mais c’est une autre histoire.

Comment réviser? Quelle est THE technique? Aucune idée. Certains vous diront « Ouais depuis la D2 (4ème année de médecine, début de l’externat) je fais mes fiches, c’est trop béton ». D’autres encore « les fiches perso, ça sert à rien, tu perds ton temps. Achète les bouquins de fiche, celui là est nickel, c’est celui que tout le monde a, tu piges tout d’un coup ». Et puis le débat des bouquins de dossiers cliniques : « moi je fais un tour de cours et après  je fais que des dossiers ça rentre tout seul, ça te fait des rappels » ou « les dossiers, ça sert à rien. Moi j’ai jamais fait de dossier, si tu connais bien tes cours et que tu as la méthodologie, ça suffit ». En gros, autant de méthodes que d’étudiants, à chacun de se trouver la sienne sans perdre trop de temps non plus.

Le dernier discours réconfortant d’une interne était « vous verrez les garçons, au cours des 2 derniers mois avant le concours c’est là qu’on progresse le plus! ». Alors comment dire…c’est sûrement vrai mais là je suis un peu dans le flou. Cette impression incommensurable de tout savoir, de tout avoir en tête mais pourtant de ne rien savoir à la fois. Le truc flippant à un mois de passer un concours qui conditionne ton activité future. En début d’externat, on nous avait dit que l’externat c’est apprendre-oublier-réapprendre-oublier à nouveau-réapprendre…c’est un peu l’impression que j’ai en ce moment.

Et avec tout ça, l’enjeu. L’enjeu que représentent la spécialité et la ville que l’on désire. Certains seront satisfaits, d’autres seront déçus et devront revoir leurs espérances à la baisse. Et après avoir fait un tour de l’ensemble des disciplines médicales en fin de D3, on se pose des questions. Est-ce que je veux vraiment faire de la chirurgie ou est-ce que je m’orienterai pas vers une spécialité médicale? La médecine générale ça a l’air sympa aussi, on fait de tout et on est libre, on fait un peu ce qu’on veut. Alors que choisir? A voir après les résultats.

Pour conclure, peut importe comment vous travaillez, fixez-vous un objectif, appréciez pleinement votre externat et apprenez le plus en stage. Et pour votre avenir, ayez du savoir, de la chance et du talent!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s