MIG polypathologique.

1er article pour débuter avec nos personnes âgées.

Contexte : stage de D4 en MIG (Médecine Interne Gériatrique), en temps partiel, ce qui change des stages temps plein.

Monsieur T. nous est adressé des urgences suite à une hématurie pour suite de la prise en charge de ce problème ainsi que d’un classique du service : bilan de chute. D’un point de vue urologique, les urgentistes ont fait comme ils ont pu, après échec de pose de sonde, ils se sont retrouvés dans l’obligation de poser un KT sus-pubien. De notre côté, il fut difficile de le sonder et quand la chose fut faite, il nous a été impossible de le sevrer.

Initialement, Monsieur T allait plutôt bien et ne se plaignait de rien. Bon, il ne marchait pas beaucoup, en tout cas pas sans l’aide d’une canne, mais il était toujours souriant, à lire l’Equipe. Pour nous, la difficulté était de joindre son médecin traitant (en vacances, et son remplaçant ne connaissant pas le patient ne pouvait nous donner que quelques antécédents), ainsi qu’une prise en charge sociale délicate puisque ses enfants n’habitaient pas dans la région. Monsieur T, quand à lui, aurait bien voulu rentrer chez lui et parler du match avec ses copains.

La personne âgée est fragile, et un train pouvant en cacher un autre, ce cher Monsieur T a eu un peu toutes les complications possibles. Patient diabétique avec une glycémie difficile à équilibrer, un épisode de confusion per hémorragie digestive…et la fibroscopie chez un patient agité, pas évident alors on traite sans visualisation d’une quelconque lésion. Petit épisode de FA paroxystique, mais bien toléré et avec son probable ulcère et son éventuelle tumeur pancréatique non explorée…

Parce que en fait, Monsieur T ne va pas trop chez le médecin. En gros, il aimerait bien qu’on le laisse un peu tranquille. Et le moral c’est pas toujours ça, comprenez, il vit seul chez lui depuis qu’il est veuf et ne sort qu’avec des copains.

Et moi, pauvre externe, je m’inquiète pour ce petit Monsieur qui était tout sourire à son arrivée. Je fais ce que je peux avec tout ses problèmes, je le surveille régulièrement comme le lait sur le feu. Mais que faire quand on est là que le matin, qu’on ne voit par conséquent pas la famille soit-même, que le médecin traitant ne peut donner plus de renseignement puisque le patient ne va pas le voir régulièrement…Bon l’interne est là heureusement et le service prend vraiment notre travail en compte, donc on arrive à régler les problèmes qui arrivent petit à petit. Et après plus d’un mois dans le service, notre Monsieur T va pouvoir partir en convalescence, de façon provisoire, en attendant une réponse aux demandes d’EHPAD.

Le fait de travailler dans un tel service nous a permis d’apprécier la prise en charge d’un patient dans sa globalité : prise en charge médicale (ça globalement, on connait), prise en charge psychologique, prise en charge sociale (aides financières, hébergement, soutien de la famille, aides humaines) et de réellement se rendre compte qu’un patient, et particulièrement le sujet âgé, ce n’est pas simplement une pathologie mais un être humain qui peut être atteint d’une multitude de pathologies.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s